Mobilité en vallée de la Drôme

Etude pour le développement d’une application mobile et d’un réseau de bornes interactives

montage

Contexte

La Communauté de Communes du Val de Drôme, suite à une étude réalisée en 2017 par Dromolib, s'est vu confortée dans sa volonté de favoriser la mobilité durable avec l'ambition de « rendre inutile le second véhicule du foyer », et de « permettre une vie sociale épanouie, même sans voiture personnelle ».

Dans ce cadre, elle a proposé le développement de dispositifs adaptés au milieu rural : un réseau d’infrastructures et de services permettant de se déplacer sans voiture individuelle et sans contrainte, accessible à tous.
Une application mobile rurale qui centralise l’info et les réservations devait permettre l’interconnexion des dispositifs.
Le service devait donner accès à l'ensemble des moyens disponibles : transports en commun, vélos, scooters électriques, autopartage, taxi, covoiturage, autostop organisé etc.

Un marché public a été lancé fin 2017 et le groupement de trois entreprises (8 Fablab, Entreautre et Kapt) a été retenu pour réaliser une "étude pour le développement d’une application mobile et d’un réseau de bornes interactives".

Cette étude a démarré fin mars 2018 avec une première étape d’avant projet visant à définir les scénarios d'usage de manière à prototyper ensuite une appli et des bornes interactives les plus adaptées possibles aux besoins des usagers.

Tout au long de l'été des tests d'usage ont été réalisés à partir des premières ébauches de l'application et depuis septembre 2019, l'équipe du 8 travaille la réalisation des prototypage des bornes.

Le rendu de l'étude aura lieu début décembre et la présentation "grandeur nature" de l'ensemble du dispositif se déroulera mi-janvier sur l'écosite d'Eurre.

Mobilités en biovallée

des stations et une application


Contexte et introduction

La Communauté de Communes du Val de Drôme, dans le cadre du projet de territoire TEPCV - Territoire à Energie Positive Croissance Verte - et compte tenu des différentes études menées en termes de besoins sociaux et de développement économique, a lancé un projet concernant les déplacements des habitants : le projet "mobilité en biovallée",

Ce projet cherche à être très complet, innovant, mais surtout à répondre aux besoins terrain d’un territoire rural, avec des résultats significatifs et mesurables.

Les objectifs sont définis ainsi :
- réduire de façon significative les voitures solo
- rendre possible une vie sociale sans voiture
- rendre inutile la seconde voiture du foyer


Il s’agit donc de proposer un dispositif qui traite le dernier - et le premier - kilomètre, avec un maillage serré d’équipements pour le déplacement intra territorial, avec des cibles précises pour la connexion avec les zones urbaines qui nous entourent. Il doit permettre une réelle intermodalité des moyens de transport, doit inclure les véhicules de tout le monde et les transports publics, pour aller « où l’on veut, quand on veut, sans réservation obligatoire ».

Le projet dans sa globalité contient plusieurs volets :
1. Les stations de mobilité et l'application mobile, pour un covoiturage dynamique et en temps réel. C’est le gros morceau du projet, dans lequel 260k€ (financés à 80% par l'Etat) ont été engagés en 2017 pour une réalisation 2018 qui couvrira 60% du besoin en équipements et aboutira à des prototypes pour l’application et le « display » dans les stations de mobilité.
2. Une expérimentation continue des moyens de transport alternatifs. Ladite « expérience 2 roues » que ,nous menons avec les communes, pour mesurer si l’assistance électrique des vélos change la donne et peut faire du vélo un réel moyen au quotidien. Nous prévoyons également une expérimentation sur le déploiement de « navettes permis B » pour réinventer le « taxi brousse » façon milieu rural occidental, façon biovallée.
230k€ engagés (financés à 80% par l'Etat) pour 20 vélos électriques classiques ; 5 vélos électriques 45 km/h ; 5 scooters électriques ; 1 minicar 16 places électrique
3. Une approche entreprises, qui repose en premier lieu sur une étude de proximité (entretiens, questionnaire, sensibilisation). Le propos est mesurer l’intérêt qu’elles ont sur le sujet et leur possible niveau d’implication (mobilisation et investissement).
4. La voie ferrée, domaine qui échappe un peu à la prérogative très locale, mais sur lequel nous prévoyons tout de même quelques propositions.
5. La résolution des problèmes ponctuels, dont nous avons fait un premier inventaire empirique, qui avait pris la forme d’une petite cellule opérationnelle avec le Département juste avant le transfert de compétence, que nous devons donc reconstruire avec la Région.

Un marché public a été lancé fin 2017 et le groupement de trois entreprises locales (8 Fablab, Entreautre et Kapt) a été retenu pour réaliser une "étude pour le développement d’une application mobile et d’un réseau de bornes interactives" et livrer les prototypes du "display" et de l'application mobile.
Un comité de pilotage, animé par le 8 Fablab et constitué d'acteurs de la vallée engagés dans la mobilité, a été créé pour aboutir les prototypes du premier volet.